Tizistwar – La Conception

Tizistwar – La Conception

J’ai choisi le nom Tizistwar Nou Pays pour mon livre parce que les histoires ont toujours fait partie de ma vie. Je souviens de mon papa à travers les histoires que mes frères me racontaient de lui. Par exemple, lorsque notre famille est venue habiter à Quatre Bornes, personne ne nous connaissait, et un jour un type a failli renverser un de nos voisins avec sa voiture. Lorsque les gens ont commencé à crier, le type est sorti de sa voiture en brandissant un couteau, faisant mine de vouloir attaquer quiconque s’approcherait de lui. À ce moment, mon papa s’est avancé et d’un geste vif l’a attrapé pour lui enlever le couteau des mains. C’est suite à cela que les gens de la localité ont adopté mon papa pour sa bravoure et son sens de la loyauté. J’ai grandi et formé mes valeurs en entendant ces types d’histoire. “To koné kan Dara Singh ti vinn Moris, papa ti al dan lafoule pou gett li laguerre lor ring?" Certains de ces histoires sur mon papa, sur ma maman, sur mes frères et les autres membres de la famille étaient amusants, d’autres tristes, mais ils ne manquaient jamais de me faire voyager en imaginant la scène. Aujourd’hui encore, lorsqu’on se rencontre pour la fête des mères ou le nouvel an, on se raconte ces mêmes histoires et nous éprouvons autant de plaisir à les entendre à chaque fois.
Je pense que notre vie est faite d’histoires, la plus grande partie de notre quotidien est constituée des anecdotes qu’on raconte aux autres quand on les rencontre dans la rue, chez le coiffeur, au bureau ou dans des fêtes en famille. “Hey, lot zour mo al Port Louis, to pa pou croire qui arrive-moi …"

Je pense qu’en tant que Mauriciens, ces histoires et les émotions qui les entourent nous rapprochent les uns des autres, bien plus que les symboles.
Concernant la couverture du livre, j’avais pensé placer dessus seulement le logo que j’aime beaucoup. Toutefois, au dernier moment, j’ai senti qu’il fallait peut-être mettre une image pour apporter un peu de chaleur. La première idée a été de placer une image d’un réso charbon avec les charbons brûlants formant la map de notre île. Tizistwar Nou Pays est pour moi un peu comme le bon réso charbon autour duquel on se regroupait autrefois pour raconter des histoires.

Lorsque j’en ai parlé à Ziyaad qui a conçu le logo et le design du livre, il m’a fait remarquer que les braises brûlantes évoquent un peu l’agressivité. J’ai été obligé de reconnaître qu’il avait raison et je suis allé bouder dans mon coin un moment. Plus tard, j’ai eu l’idée d’une image des enfants jouant aux billes, avec les billes formant toujours la map de notre île. Cette fois-ci, nous sommes tombés d’accord que c’était une bonne idée.
J’ai alors demandé au dessinateur Noah de sacrifier son dimanche pour illustrer des enfants jouant aux billes par un dessin vu de haut. Le dessin était super top et j’étais content. Toutefois, lorsqu’on a monté la couverture, on a réalisé que la map de Moris formée avec des billes n’allait pas avec le logo également en forme de map de notre île. Il fallait prendre une décision et le designer et moi avons décidé de garder le dessin mais en enlevant les billes de manière à pouvoir placer le logo à sa place.
Finalement, lorsqu’on a imprimé la couverture, j’ai réalisé que cela ne pouvait être rien d’autre que cette couleur de la terre de notre île. Outre les billes qui évoquent létan lontan sans avoir à le dire, la terre de Maurice évoque notre vivre ensemble. La mem qui nou tou finn sorti, sa mem tou nou richesse, sa mem qui rassembler nou tou. La terre nou mama kot nou finn grandi, le trésor enfoui dans nou laterre Moris. C’est un peu cela le message du livre, superbement résumé sur la couverture.